Lenine, L'invention du totalitarisme par Stéphane COURTOIS

Lenine, L'invention du totalitarisme

Titre de livre: Lenine, L'invention du totalitarisme

Éditeur: Perrin

ISBN: 2262065373

Auteur: Stéphane COURTOIS


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Lenine, L'invention du totalitarisme.pdf - 49,450 KB/Sec

Mirror [#1]: Lenine, L'invention du totalitarisme.pdf - 43,843 KB/Sec

Mirror [#2]: Lenine, L'invention du totalitarisme.pdf - 50,563 KB/Sec

Stéphane COURTOIS avec Lenine, L'invention du totalitarisme

Livres connexes

La biographie la plus attendue du centenaire de 1917, fruit d'une vie de travail consacrée à l'étude du communisme. A rebours de l'idée dominante qui dédouane Lénine pour mieux accabler Staline, Stéphane Courtois établit comment le jeune intellectuel radical - marqué au fer rouge par l'exécution de son frère aîné - a pensé, voulu puis instauré une dictature idéologique impitoyable, inventant les concepts (révolution mondiale, dictature du prolétariat, parti-Etat, centralisme démocratique, économie planifiée, terreur de masse) et les instruments (parti unique, police politique, Armée rouge, goulag...) du totalitarisme qui devait signer les horreurs du XXe siècle. D'emblée, Vladimir Ilitch Oulianov se distingue des autres opposants au tsarisme en s'opposant non seulement aux libéraux et aux démocrates, mais aussi à toutes les mouvances socialistes, qu'il vitupère à coups d'écrits et de discours incendiaires. Aidé par une force de conviction peu commune, il choisit de s'appuyer sur une minorité de révolutionnaires professionnels dévoués plutôt que sur l'agrégation des masses. Cette faiblesse apparente fait sa force : elle lui permet d'avancer dans l'ombre pour mieux se préparer à l'exercice du pouvoir, qu'il conquiert à la hussarde en octobre 1917. Nourri des échecs de la Révolution française puis de la Commune, il le conserve en l'étendant par un recours systématique à la violence conjugué à un rare opportunisme politique. Ainsi parvient-il à gagner la guerre civile puis à assurer son emprise sur la société, faisant table rase au profit de son disciple et successeur. Une prose limpide au service d'une démonstration implacable.